Bruxelles, tarot sauvage, par Michel Reuss, photographe

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH
©Michel Reuss / Primitives Editions

Dans le parler populaire bruxellois, Everanst signifie « quelque part », qui est aussi le titre d’un livre éponyme du photographe-marcheur Michel Reuss.

Prises dans la capitale belge entre 2011 et 2021 avec une série d’appareils argentiques petit format, les photographies de cet opuscule à la belle couverture jaune pâle, parcourue de signes graphiques évoquant ceux d’un plan abstrait, sont des vues précisément situées (rue de l’Escaut, rue Royale, rue de l’Hôtel des Monnaies, rue Charles Demeer…) montrant la diversité des formes d’une ville très aimée.

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH
©Michel Reuss / Primitives Editions

On peut penser, comme le précise son éditeur Joseph Charroy, à l’Italien Luigi Ghirri, et à l’écrivain suisse Robert Walser, pour la finesse des détails, l’éloge d’une banalité qui ne l’est au fond jamais, la structuration de la vision par les aplats de couleur et les objets du quotidien.

Il n’y a pas de pas perdus, mais des multitudes de points d’enchantement pour qui sait percevoir l’étrange, le fantasque et le beau dans l’apparemment ordinaire.

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH
©Michel Reuss / Primitives Editions

La capacité à percevoir la surréalité dans les scènes les plus ténues serait-elle une donnée constitutive de l’ethos belge ?

Pas besoin de grandiose, de paysage sublimes, de tableaux impressionnants pour que le charme opère, au contraire.  

Mona Lisa sourit en poster à l’arrière d’une fourgonnette garée rue du Page, un câble électrique serpente Chaussée d’Ixelles comme une créature du troisième type, des souliers à talons hauts attendent leur princesse d’un soir sur la devanture d’une fenêtre rue des Echevins.

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH
©Michel Reuss / Primitives Editions

Des formes, des entités végétales, des bric-à-brac.

Attention, ici Travaux pourrait être le sous-titre d’Everanst, carnet de notes photographiques d’un voyageur solitaire dérivant dans Bruxelles à la façon des géopètes debordiens.

Sous reliure cousue main – un fil rouge telle une ligne de tram parcourant la ville entre laquelle zigzaguer -, le bel ouvrage de Michel Reuss est tout autant déambulation esthétique que proposition éthique nous invitant à varier nos angles de vision, à faire attention au moindre, à considérer le briquet abandonné près d’un gobelet de bière comme la plus précieuse des déités, ou la branche d’arbre sectionnée comme un totem en devenir.

everanst 11

©Michel Reuss / Primitives Editions

Il y a de la divination ici, une façon de construire un tarot sauvage, de découvrir derrière les signes de la déréliction les marques d’une aventure palpitante pour l’esprit.

La table est mise, il y a une poivrière, une serviette en tissu rouge, une nappe verte, et dans la cour deux pneus superposés autour d’un parpaing.

Quelqu’un a fait pousser des tulipes entre deux pavés rue du Collège, on est bien.

everanst 3

©Michel Reuss / Primitives Editions

Everanst, c’est à Bruxelles, mais aussi chez vous, à La Roche-sur-Yon, à Bedous, à Marquise, à Saint-Amand-les-Eaux.

Cent exemplaires ? For the happy few, dirait Stendhal.

everanst-5

Michel Reuss, Everanst, editing et desing Joseph Charroy éditions Primitive, 2021, 60 pages – 100 exemplaires numérotés

everanst-1-1

Michel Reuss

Primitives Editions

affiche format W

Exposition dans l’excellente librairie Le Comptoir à Liège – photographies, documents, video, papiers, dessins, textes, etc. – montrnt le travail, les envies, les rencontres, les désirs, les sources d’inspiration et les amitiés qui sont à l’origine de la création et de la fabrication des livres conçus par les éditions PrimitiveVernissage vendredi 17 décembre 2021 à 18h en présence des artistes L’exposition sera visible jusqu’au 29 janvier 2022


Deja una respuesta

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.